Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 00:00

Terminales S. SVT

 

Here, then, I had at last got a theory by which to work; but I was so anxious to avoid prejudice, that I determined not for some time to write even the briefest sketch of it. 


J'avais donc enfin trouvé une théorie sur laquelle travailler; mais je craignais tant les éventuelles incompréhensions que je me décidais à n'en pas écrire la moindre esquisse.

L'autobiographie.

 

 

Conformément au B.O. HS n°5, 30 août 2001.

 

Un exemple pour mieux comprendre la sélection naturelle : la Phalène du Bouleau.

 

 

1ère condition : la population est polymorphe.

 

On distingue deux formes de Phalène du Bouleau :

 

une variété claire (typica) une variété sombre (carbonaria)

 

2ème condition : ce polymorphisme est d'origine génétique.

 

 

 

Croisement typica x typica

 

Croisement carbonaria x carbonaria

Résultats,

quelque soit le milieu          

Uniquement des formes typica Formes typica et carbonaria

 

 

Deux allèles d'un gène sont donc mis en jeu : l'allèle typica récessif, l'allèle carbonaria dominant. 

Les caractéristiques des parents peuvent être transmises aux générations suivantes.

 

3ème condition : certains allèles permettent une meilleure chance de survie et/ou de reproduction.

 

 

 

Un polymorphisme différents d'une région à une autre Des chances de survie différentes d'une région à une autre
   


Phalènes sur les troncs clairs de régions non polluées Phalènes sur troncs sombres de régions polluées




     Dans les environnements non pollués, les troncs d'arbres recouverts de lichens sont plus clairs. Les Phalènes typica, mieux camouflées, échappent à leurs prédateurs et ont plus de chances de transmettre leurs allèles aux générations suivantes.

 

     Au contraire, dans les environnements plus pollués, les troncs d'arbres dépourvus de lichens sont plus sombres. Les Phalènes carbonaria, mieux camouflées, échappent à leurs prédateurs et ont plus de chances de transmettre leurs allèles aux générations suivantes.

 

 

Les allèles qui confèrent un avantage sélectif aux individus qui en sont porteurs ont une probabilité plus grande de se répandre dans la population. La sélection naturelle oriente le polymorphisme des populations.

La sélection naturelle explique ainsi l'adaptation au milieu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires